Quelles lignes directrices sont utilisées pour le dépistage du cancer ?

Les médecins trouvent parfois utile de dépister certains cancers mais pas d'autres. (Dépistage : recherche d'une maladie en l'absence de symptômes)

Le dépistage précoce de certains types de cancer peut présenter des avantages. Un exemple est la coloscopie. Ce type de dépistage peut trouver des excroissances qui peuvent être enlevées avant qu'elles ne deviennent cancéreuses. D'autres dépistages peuvent détecter le cancer suffisamment tôt pour être traité plus facilement ou même le prévenir en supprimant les excroissances avant qu'elles ne se transforment en cancer. Votre oncologue (un médecin spécialisé dans le traitement du cancer) vous aidera à prendre une décision.

Les risques peuvent inclure des douleurs, des effets secondaires ou de l'anxiété. Les dépistages, pas toujours parfaits, retournent parfois des faux positifs ou les ratent complètement. Un dépistage peut même trouver quelque chose de suspect qui s'avère inoffensif ; mais la seule façon de le savoir est d'effectuer des tests supplémentaires et cela peut comporter un risque.

L'American Cancer Society, en utilisant des preuves scientifiques, a créé des lignes directrices pour le dépistage du cancer. Certaines considérations pour le dépistage du cancer sont l'âge et les antécédents familiaux. Une discussion franche et éclairée avec votre médecin vous aidera à déterminer si les avantages du dépistage l'emportent sur les risques.

Quelques lignes directrices :

Adultes à risque moyen :   Dépistage régulier du cancer du sein, du col de l'utérus et du côlon. Sur la base de preuves scientifiques, ces dépistages peuvent sauver des vies. Le cancer de la prostate et le cancer du poumon sont plus compliqués et les médecins tiennent compte de nombreux facteurs.

Femmes de 40 ans et plus: Les femmes peuvent commencer le dépistage du cancer du sein, avec des mammographies, à 40 ans si elles le souhaitent. Toutes les femmes à risque moyen devraient commencer le dépistage annuel avant l'âge de 45 ans. À 55 ans, les femmes peuvent choisir de continuer tous les ans ou tous les deux ans, et de continuer aussi longtemps qu'elles sont en bonne santé. De plus, les femmes doivent apprendre à s'auto-examiner (en recherchant tout changement qu'elles remarquent au niveau de leurs seins) et discuter avec leur médecin des risques personnels qu'elles pourraient encourir.

Cancer du col utérin:   Les femmes âgées de 21 à 29 ans devraient subir un test Pap tous les 3 ans. Les femmes âgées de 30 à 65 ans devraient subir à la fois un test Pap et un test HPV tous les 5 ans, ou un test Pap seul tous les 3 ans. Les femmes de plus de 65 ans ayant des antécédents de dépistage régulier avec des résultats normaux, n'ont plus besoin de dépistage. Les femmes présentant un risque plus élevé peuvent nécessiter un dépistage plus fréquent.

Cancer du côlon:   Les adultes de 50 ans devraient commencer le dépistage, mais toute personne ayant des antécédents familiaux ou d'autres facteurs de risque peut devoir commencer le dépistage plus tôt. Différents tests sont utilisés pour dépister le cancer du côlon : la coloscopie, la sigmoïdoscopie flexible et le test de sang occulte fécal à base de gaïac, pour n'en nommer que quelques-uns.

Cancer du poumon:   Les personnes à haut risque de cancer du poumon peuvent discuter d'une tomodensitométrie à faible dose avec leur médecin. « À haut risque » fait référence aux fumeurs actuels (ou à ceux qui ont cessé de fumer au cours des 15 dernières années) âgés de 55 à 79 ans et qui ont des antécédents de tabagisme de 30 paquets-années ou plus. Cela signifie fumer en moyenne 1 paquet par jour pendant 30 ans, 2 paquets par jour pendant 15 ans, ou l'équivalent.

Cancer de la prostate:   Les hommes devraient discuter des risques et des avantages possibles du dépistage du cancer de la prostate avec leur médecin avant de décider de se faire dépister. Cette discussion devrait commencer à 50 ans pour les hommes à risque moyen, à 45 ans pour les hommes à risque plus élevé (y compris les hommes afro-américains et les hommes dont un père ou un frère a reçu un diagnostic de cancer de la prostate) et à 40 ans pour les hommes à risque encore plus élevé.

 

Source : https://www.mdlaserandcosmetics.com/guidelines-used-cancer-screenings-april-national-cancer-control-month/